Les traitements alternatifs pour une Discopathie

Pour soigner votre douleur et d’autres symptômes de la discopathie, vous pourriez avoir recours à des traitements alternatifs. Comme leur nom l’indique, ce sont des alternatives aux médicaments, à la kinésithérapie et à la chirurgie, l’approche typiquement occidentale de la médecine. Vous pourriez faire appel à un praticien de la médecine non conventionnelle (MNC) ; La MNC regroupe en quelque sorte les pratiques et thérapies qui ne sont pas considérées comme faisant actuellement partie de la médecine conventionnelle. Cela regroupe l’acupuncture, l’homéopathie et le massage. De nombreux patients ont affirmé que ces traitements les avaient réellement aidés.

Pour une maladie dégénérative du disque, vous voudrez peut-être essayer :

L’acupuncture: Développée en Chine, l’acupuncture utilise de très fines aiguilles, et aucun médicament, pour traiter votre douleur. Les acupuncteurs pensent que votre corps renferme une force énergétique appelée Qi ou Chi. Lorsque cette force est bloquée, vous pouvez développer des maladies physiques, telles qu’une douleur dorsale. Il vous faut alors libérer les canaux Chi de votre corps, que les praticiens appellent méridiens. L’acupuncture sert à rétablir un flux Chi énergétique et sain.

Les aiguilles d’acupuncture sont presque aussi fines que des cheveux. Le praticien insérera les aiguilles, en se basant sur vos symptômes et le diagnostic exact ; il est très probable que vous ayez plusieurs aiguilles sur une même séance. L’acupuncteur ciblera des points précis dans les méridiens de votre corps et les aiguilles seront laissées pendant 20 à 40 minutes. On pense que grâce aux aiguilles d’acupuncture, votre corps relâche certains neurotransmetteurs, tels que des endorphines ou de la sérotonine, et sont utiles au processus de guérison.

Les Plantes Médicinales: Avant d’essayer une quelconque plante médicinale, renseignez-vous et parlez à votre docteur. Elles peuvent entraîner des effets secondaires, dont vous n’avez peut-être pas conscience. Une plante médicinale peut, par exemple, interférer avec un médicament que vous prenez. Voici certaines plantes médicinales qui peuvent agir sur votre maladie dégénérative du disque :

  • · La Griffe du Diable : La griffe du diable est originaire du sud de l’Afrique, où on l’utilise depuis des siècles pour traiter la fièvre, l’arthrite et les problèmes gastro-intestinaux. Elle agit comme un anti-inflammatoire. De nos jours, elle est utilisée pour des maladies causant inflammation et douleur, telles que la maladie dégénérative du disque. Vous pouvez la prendre sous forme de gélule
  • · L’Écorce de Saule Blanc : Le saule blanc a amené au développement de l’aspirine en Europe. Si vous ne voulez pas prendre la version chimique (l’aspirine peut irriter l’estomac), utilisez de l’écorce de saule blanc. Elle est efficace en cas de maladies causant douleurs et inflammations, comme la maladie dégénérative du disque. Elle soulage également les douleurs dorsales vives.
  • La SAM (S-adénosyl méthionine) : On pense que la SAM est utile pour les problèmes d’ « usure »de la colonne liés à l’âge, tels que l’ostéoarthrite et la maladie dégénérative du disque. Plusieurs études ont montré qu’elle était également efficace pour traiter la dépression. (Les personnes souffrant de douleurs chroniques peuvent devenir dépressives en raison des changements occasionés par la douleur. Leur maladie chronique peut également affecter leur système nerveux, menant ainsi à un déséquilibre chimique et éventuellement à la dépression.)

La Prolothérapie: Certains patients ont essayé ce traitement et ont constaté qu’il parvient à réduire la douleur causée par la maladie dégénérative du disque. Les partisans de la prolothérapie expliquent que l’un des problèmes liés à la MDD se trouve dans la faiblesse des ligaments et des tendons. Des ligaments et tendons forts et solides sont essentiels dans votre colonne car ils aident au maintien de la stabilité. Après que vos disques aient commencé à dégénérer, et donc à affaiblir votre colonne, vos ligaments et tendons sont d’autant plus « réquisitionnés » pour soutenir votre dos. Toutefois, avec le temps, ils peuvent eux aussi dégénérer ; ils peuvent s’user ou même se fissurer. Cela enlève aux disques intervertébraux le soutien dont ils ont besoin.

Le but de la prolothérapie est de stimuler la croissance des nouveaux tissus des ligaments et des tendons. En injectant une substance proliférante (terme utilisé par les prolothérapeutes, c’est une solution irritante), la prolothérapie est sensée démarrer le processus de guérison du corps. La substance proliférante entraîne une inflammation qui ordonne au corps de commencer son auto-guérison en générant de nouveaux tissus.

Une injection par prolothérapie cible directement le problème des ligaments et des tendons, et il faut plusieurs injections et du temps pour en ressentir les effets. Si vous envisagez la prolothérapie, parlez-en à votre docteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *