Les Choses à Savoir sur la Sciatique

•    Autrefois, les allemands appelaient la sciatique « le coup de la sorcière ». Étant donné que ce mal apparaissait de manière soudaine et brutale, ils voyaient là une connexion démoniaque.

•    Les celtes appelaient la sciatique « la flèche de l’elfe ». Ils ne comprenaient pas ce qui pouvait causer cette terrible douleur dans leur jambe. Ils supposaient donc qu’un elfe leur avait tiré dessus.

•    Aujourd’hui encore, la croyance que la sciatique est causée par des pouvoirs mystiques existe dans certaines régions du monde. Dans des régions vraiment très rurales de l’Egypte, par exemple, on pense que les démons, qu’ils appellent junin, sont à l’origine de la sciatique.

•    Hippocrate (désigné comme le père de la médecine – né en Grèce en 460 avant JC) a observé que la sciatique était plus fréquente en été et en automne. En y réfléchissant aujourd’hui, on devine qu’il en voyait plus d’exemples pendant ces deux saisons car les gens était plus actifs physiquement, surtout les fermiers. Toutefois, Hippocrate pensait que les gens étaient plus susceptibles de souffrir de sciatique pendant ces périodes car le soleil asséchait le fluide dans leurs articulations, rendant les mouvements plus douloureux.

•    Hippocrate pensait également que la sciatique était plus susceptible d’affecter la haute société, surtout les personnes extrêmement riches qui pouvaient se permettre de monter souvent à cheval. C’était à l’époque un des meilleurs moyens de se déplacer, mais il devait penser que toutes ces secousses et ces rebonds n’en valaient pas la peine si cela devait causer une douleur aussi intense.

•    Dans l’ancienne Rome, Octavie, la femme de Marc-Antoine (un ami de Jules César) traitait sa sciatique à l’aide d’une mixture à base d’herbes : origan, romarin, vin et huile d’olive. Cela semble bien plus agréable que ce qu’un docteur romain recommandait pour les situations particulièrement difficiles : charbon chaud, crochet et saignements.

•    Shakespeare connaissait la douleur causée par une sciatique et l’a utilisée comme juron dans sa pièce La Vie de Timon d’Athènes. « Froide sciatique, estropie nos sénateurs, et que leurs membres boitent aussi bas que leurs mœurs » (Acte 4, Scène 1).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *